Marie-Dorothée

de Croÿ (Princesse Mimi)

Histoire

Poèmes

Chansons

Accueil

Festivals

Studio

le Manoir

Témoignages



Quand le temps n'existait pas






J'allais danser le samedi soir, avec mon cher et bel ami.
Quand l'on se disait bonsoir, samedi prochain, promis.

Sa joue piquait et sentait l'homme, comme dans l'ivresse de l'opium,
Ma tête penchait sur son épaule, ses grands bras, une super geôle.

Sa bouche, frôlait ma tempe, quand s'éteignaient les lampes,
En dansant à petits pas, comme si le temps n'existait pas.


Que de belles nuits blanches, de promenades les dimanches,
Mais bien longue était l'attente, pendant la semaine suivante

Après tant de soirs magiques, vint un samedi tragique,
Avec une bien jolie blonde, il dansait sous la rotonde.

Sa bouche, frôlait sa tempe, quand s'éteignaient les lampes,
Ils dansaient à petits pas, comme si le temps n'existait pas.


Son regard à chaque tour, me balayait sans même me voir,
Alors, je fis demi-tour, en trébuchant, dans le noir.

Le temps, existe bel et bien, quand l'on n'attend plus rien,
Passant à lents et tristes pas, quand l'amour n'existe pas.

La rage, frappait ma tempe, quand j'éteignais ma lampe,
Sombre nuit, des rêves perdus, quand l'amour n'existe plus.

Un rêve s'égare, sur ma tempe, quand j'éteins ma lampe,
Me souvenant des petits pas, quand le temps n'existait pas.

Quand du temps, qu'il n'existât pas !