Marie-Dorothée

de Croÿ (Princesse Mimi)

Histoire

Poèmes

Chansons

Accueil

Festivals

Studio

le Manoir

Témoignages

Piguette


Etant née de race porcine,
Pourtant sans être Bécassine.
Puis élevée en porcherie,
Un peu de paille comme literie.

C’était une petite dame rose,
Les gens l’appelaient : la Piguette.
Dans sa prison, aux portes closes,
Elle rêvait toujours d’escampette.

Parmi tous ceux de son âge,
Un tout petit nommé : Pigot.
Quand arrivait le potage,
Tous se goinfraient, à gogo.

Bousculades et grognements,
Chacun pour soi, évidemment.
Aucune chance pour l’appétit,
De pauvre Pigot, le tout petit.

Ainsi Pigot, sans plus d’espoir,
Se retirait, dans un coin noir.
Seule Piguette, en eu pitié,
Le consolant, par l’amitié.

Ecoute Piguette, lui dit-il,
Nous encourons un grand péril.
J’ai vu l’affreuse mort lente,
D’un camarade, par une fente.

Quand égorgé, il hurlait,
Mais les deux pattes s’en fichaient.
Tout son sang fut répandu,
Et tous les nôtres seront perdus.

Ils nous nourrissent pour autre chose,
Celle d’engraisser nos jambons roses.
Infâme calcul, à nos dépends,
Sans bonté, les sacripants.

Les deux pattes, appelés humains,
Oublièrent le lendemain,
De bien fermer notre porte.
Et Piguette, le diable l’emporte.

Vite vu, et elle se faufila,
Par l’ouverture, hop et voilà.
Elle vit le soleil, pour la première fois,
Partant au galop, toute pleine de joie.

Les prés, les champs, puis la forêt,
Au pied d’un arbre, elle s’affala.
Quand parut, un noir goret,
Du jamais vu, oh la-la !

Salut cousine, lui dit-il,
Ne fuit pas, c’est inutile.
Je m’appelle : Brute de Groin,
Mais en douceur, je te rejoins.

Il parlait bien sa langue,
D’un accent brut et étrange.
Il était loin, d’un urbaniste,
Et elle bien loin, d’une bête raciste.

Ainsi passant, d’heureux jours,
En promenades, et menus glands.
Piguette connut le grand amour,
Brut de Groin, mirobolant.

Bien qu‘éperdue de bonheur,
Elle songeait au grand malheur,
Du pauvre petit, dans son coin,
Et s ‘en ouvrit, à Brut de Groin.

Tous deux alors se précipitèrent,
Vers la ferme, la ferme maudite.
Branle-bas de basse-cour, deux pattes en fuite,
Fonce le Groin, la porte s’effrite !

Pigot, Pigot ! Cria Piguette,
Vite en route, pour l’escampette.
Petit Pigot, en tremblotant,
Suis son amie, le cœur battant.

Arrivés dans la forêt,
Piguette présente son noir goret.
Elle joue à la belle dame,
En balançant le popotam.

De groin à groin, ils s’embrassèrent,
Sortis enfin de la misère.
Pour reprendre forces, M. Pigot,
Se bâfrait de glands, à gogo.